Bioaugmentation et biostimulation

Le système simule les phases de bioaugmentation et de biostimulation in-situ pour la biorémédiation des sols contaminés. Les solutions biologiques traversent les volumes de sol par filtration. Le flux à travers le sol est réglé pour simuler le traitement de bio-lavage du sol, avec des débits et des pressions qui peuvent être régulés dans des plages établies par l’aptitude à l’écologie microbienne et l’inoculum spécifique.

Le traitement biologique qui a lieu dans le sol a pour but d’appauvrir les contaminants organiques, tels que les TPH et les HAP. La dégradation est effectuée par les micro-organismes autochtones inoculés, isolés des échantillons de sol et sélectionnés pour leur capacité à dégrader les molécules récalcitrantes, et/ou par des bactéries stimulées faisant partie de l’écologie naturelle du sol traité.

Le processus est contrôlé par des capteurs insérés en divers points du circuit. Les capteurs permettent de surveiller et d’ajuster le fonctionnement du système par le biais d’un retour d’information vers l’automate, de sorte que les conditions à l’intérieur du système restent similaires à celles in situ et favorables à la biorémédiation.

Au cours de ce processus, les paramètres suivants sont mesurés :

  • Oxygène dissous dans le flux de biostimulation et dans les lixiviats
  • Pression dans le sol et dans le circuit hydraulique
  • Conductivité, pH, température dans le lixiviat
  • Les flux hydrauliques qui traversent le sol

Le système est automatisé et contrôlé par des logiques de processus implémentées dans un PLC, qui commande des électrovannes, des pompes et des moteurs électriques. Les analyses chimiques du sol sont effectuées pour déterminer la variation de la concentration des contaminants cibles, tandis que les analyses de l’eau ont pour objectif de déterminer la toxicité des matrices traitées. La cinétique de dégradation des contaminants et la courbe de détoxification ne vont pas en parallèle, en raison des sous-produits de la dégradation biologique, qui peuvent avoir une toxicité similaire ou supérieure à celle des composés parents. En conséquence, la courbe de toxicité diminue plus lentement que la courbe de contamination. Les données sur la cohérence et la diversité de la communauté microbienne sont obtenues par analyse métagénomique, basée sur le métabarcodage des communautés fongiques et bactériennes.

Read more: BIOMASS PRODUCTION.